Le secteur de la petite enfance est l’un des domaines d’activité dans lesquels les professionnels sont exposés à des risques liés à la santé de leur corps, et notamment de leur dos. Les études menées dans les crèches hospitalières indiquent qu’une auxiliaire de puériculture chargée de l’encadrement de 8 enfants de plus de 18 mois porte en moyenne près de 2 t de bébés par jour ! Par extrapolation, cela revient à considérer le poids soulevé par une auxiliaire de puériculture à 500 t chaque année !

Naturellement, ces professionnelles, au même titre que les adultes travaillant dans les écoles, les crèches, les instituts spécialisés et autres lieux liés à la petite enfance, sont exposées au risque de lombalgies. Dans cet article, nous nous intéressons à certaines stations de travail au cœur d’un établissement consacré à la petite enfance, afin d’en présenter les risques et les solutions envisageables.

L’aménagement des tables à langer

Idéalement, les professionnels de la petite enfance devraient pouvoir changer les enfants en position droite confortable. Pour changer un enfant couché, la hauteur de la table doit ainsi être réglable, entre 90 et 105 centimètres, selon la hauteur du professionnel. Lorsque l’enfant est changé debout, la hauteur de la table à langer doit se situer entre 56 et 83 centimètres. Lorsqu’il n’est pas possible de moduler la hauteur de la table à langer, une simple estrade peut pallier le problème, permettant aux professionnels de la petite enfance de s’élever par rapport à la hauteur de la table en face de lui.

Tout comme la hauteur, la profondeur de la table est également importante, sachant que le change d’un enfant couché nécessite une profondeur de 70 cm au moins.

L’organisation de l’espace de jeu

Très souvent, dans les établissements consacrés à la petite enfance, les enfants jouent à même le sol. Les professionnels responsables de leur encadrement doivent donc s’asseoir par terre pour s’en occuper. La position assise à même le sol devient rapidement très contraignante pour la colonne vertébrale des adultes. Idéalement, des sièges adaptés, permettant une liberté de mouvement aux professionnels de la petite enfance, permettent à ces derniers de s’abaisser au niveau des enfants tout en restant dans une position confortable et en conservant les courbes naturelles de la colonne vertébrale. Le siège spécial petite enfance d’Ergofrance, par exemple, répond aux exigences du corps des assistantes maternelles, des auxiliaires de puériculture et autres professionnels de la petite enfance.

Le confort des professionnels de la petite enfance dans les zones de repas

Les repas font partie intégrante des activités essentielles dans la vie d’une crèche ou d’une école. Il convient d’assurer, dans ces zones, des conditions de confort optimal, tant pour les enfants que pour les adultes chargés de leur encadrement. Pour nourrir les bébés, il convient ainsi d’utiliser un siège doté d’une assise et d’un dossier confortables. Si ce dernier est pourvu d’un accoudoir réglable en hauteur, le confort de la puéricultrice est assuré, minimisant les tensions dans le bras, les épaules et la partie supérieure du corps.

L’alimentation des jeunes enfants pouvant se tenir assis nécessite une position assise de la part des professionnels de la petite enfance. Pour limiter les contraintes physiques des puéricultrices, aides maternelles et maîtresses d’école, un tabouret à roulettes réglable en hauteur permet de faciliter les mouvements et d’être à la hauteur des enfants pendant les heures de repas.

La santé du dos dans le secteur de la petite enfance revêt une importance capitale, dans la mesure où le bien-être des assistantes maternelles, aides maternelles et maîtresses d’école impacte directement sur celui des enfants.

Cliquez ici pour découvrir notre gamme de sièges consacrés à la santé du dos dans le secteur de la petite enfance.